Logo

Discours du recteur à l'occasion de la collation des grades académiques aux leauréats du deuxième cycle 2016-2017

 Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni et Grand Chancelier de l’Université Catholique du Graben ;
Messieurs les membres du Pouvoir Organisateur et du Conseil d’Administration de l’Université Catholique du Graben ;
Révérend Abbé Vice-Recteur et Chargé des Finances de l’Université Catholique  du Graben ;
Messieurs les Secrétaires Généraux de l’Université Catholique du Graben ;
Monsieur le Maire de ville de Butembo ;
Messieurs les Autorités et responsables politico-administratifs, militaires, policiers, judiciaires et chargés de renseignement ; 
Eminents professeurs ;
Messieurs les membres du personnel académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier de l’Université Catholique du Graben ;
Messieurs les opérateurs économiques ;
Messieurs les membres des Comités de Gestion des Institutions de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;
Messieurs et madame les Directeurs et Directrice des Centres spécialisés attachés à l’Université Catholique du Graben ;
Messieurs et Madame les membres du Comité de Parents des étudiants de l’Université Catholique du Graben ;
Camarades étudiants ;
Messieurs les représentants des étudiants ;
Distingués invités ;
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs ;


A ce jour du 31 juillet 2017, l’Université Catholique du Graben se sent honorée de vous accueillir si nombreux dans cette admirable salle de la Paix du CE.F.A.DE.S. au site « HORIZON » à l’occasion de la cérémonie publique de la collation des Grades académiques de ses finalistes du deuxième cycle des années académiques 2015-2016 en Médecine et 2016-2017. Cette cérémonie de la collation des grades est un grand événement pour toute l’Université et plus spécialement pour le secteur académique. Elle marque en effet, une étape dans la formation de notre jeunesse, formation qui est une des raisons d’être de cette Institution. 

Avant toute autre considération, permettez-nous de vous rappeler deux choses. La première est celle de nous acquitter d’un devoir, celui de vous remercier pour avoir bousculé vos agendas en répondant présent à l’invitation que l’Université Catholique du Graben vous a adressée. Votre présence dans cette salle est un motif de fierté ; c’est un signe éloquent de votre soutien à notre Alma Mater, preuve de l’intérêt que vous avez pour son épanouissement et une manifestation de la confiance que vous placez en elle pour la formation de la jeunesse, avenir de notre beau pays, la République démocratique du Congo.

La deuxième chose est celle de rappeler l’événement douloureux qui a frappé cette jeune Université. Il s’agit de la mort de l’estimé Professeur KIRERE MATHE Melchisédech dit « Grand prêtre », mort survenue à aux Cliniques Universitaires du Graben dans la nuit du 6 au 7 mai 2017 de suite d’une courte maladie. A l’espace de 27 ans, l’Université Catholique du Graben vient de perdre plusieurs de ses enseignants permanents et visiteurs. La liste est longue et notre crainte est celle d’oublier un ou plusieurs. Il y a à une année et un mois, l’Université Catholique du Graben perdait l’Estimé Professeur Ordinaire MUHOLONGU MALUMALU Apollinaire. 
Quelques mois et quelques années auparavant, elle perdait le Professeur Emérite Alexis MAKUMIAVIRI M’PONDI. , le Professeur KAMBALE MAKELELE Cyprien, le Professeur NDUNGO VIHERI Laurent, le Professeur KAKULE KAPARAY Christian, le Professeur Abbé KIVUYIRWA Romain ; les Chef de Travaux et Assistants KAMBALE SIMISI, Abbé KABUYAYA KALONDERO Prosper, SIVIRIHAUMA, MBEGUMBAYA, NGAHEMBA, KAZI, LUKANZA, tous ont donné ce qu’ils avaient de plus précieux à notre Communauté et à la Nation entière, à savoir la formation de la jeunesse. 

Puissions-nous nous lever et garder une minute de silence en hommage à ces Illustres disparus. [Merci. On peut se rasseoir].

Nous gardons une mémoire pieuse à tous ces Illustrés disparus.

Excellence ;
Honorables ;
Distingués Invités ;
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ;

L’achèvement d’une année académique est une œuvre collective qui demande, pour sa réalisation, le concours de beaucoup de forces. Un individu, à moins d’être un imposture, ne saurait en réclamer la paternité. La cérémonie à laquelle vous êtes invités à participer ce lundi 31 juillet 2017 est le couronnement de tant d’efforts, de sacrifices et de privations. Que toutes celles et tous ceux qui l’ont rendu possible trouvent en ces lauréats l’expression de notre profonde gratitude et sincère reconnaissance. Leurs interventions, leurs bienveillances n’ont pas de prix, seul le Très-Haut saura les rétribuer. 

Cette cérémonie est donc pour nous l’occasion d’exprimer nos actions de grâce à Son Excellence Mgr Emmanuel KATALIKO, d’heureuse mémoire, -paix à son âme- pour l’inspiration qu’il a eue de créer cette Université ; à son Excellence Mgr Melchisédech SIKULI PALUKU, Grand Chancelier de l’U.C.G., qui œuvre, sans relâche, pour le développement de cette Institution. Nous associons à cet honneur tout le Diocèse de Butembo-Beni pour tous les sacrifices qu’il s’est imposés depuis la création de l’Université.

Nous saluons les efforts des membres du personnel académique et scientifique pour le travail qu’ils ont abattu et grâce auquel nous savourons ces fruits délicieux. Nous sommes conscients des violences qu’ils se font pour la formation de nos étudiants et des privations qu’ils s’imposent pour ce faire. 

C’est notamment les conditions de travail qui se réalise dans un environnement d’insécurité. Cette insécurité a touché le point névralgique notre Institution : nos enseignants ont été victimes des actes innommables. Ces actes barbares perpétrés par des malfrats à l’aide des « Kasuku » contre des civiles dans la ville en général et nos enseignants en particulier ont eu des effets pervers sur le bon fonctionnement de notre Institution. Les séquelles demeurent très visibles et que nous continuons à endurer, notamment les cas des Professeurs VAHAVI MULUME Bertrand et KALUME Moïse. 
La Faculté de Pharmacie peine à finir l’année. Pour cette raison, elle ne présente aucun lauréat, le jury n’ayant été organisé. Cette Faculté, l’avant dernière-née de nos Facultés avant la Philosophie, dépend fortement des enseignants visiteurs qui viennent de Kinshasa. Ces Professeurs visiteurs attendus hésitent à venir pour raison d’insécurité dans la région. 

En dépit de ces entraves sécuritaires qui poussaient certains d’entre nous au découragement, vous n’avez pas baissé les gardes. Vous avez fait preuve d’une détermination sans failles. Vous avez enseigné, vous avez dirigé et/ou encadré des mémoires et des TFC, vous avez fait passer des examens et des interrogations, vous avez corrigé, vous avez délibéré. 
Mille mercis pour cette détermination et ces sacrifices consentis. 

Nous pensons à ces parents qui, dans des situations socio-économique et sécuritaire moroses, soutiennent financièrement cette Université. Cette occasion est propice pour louer leurs efforts pour la formation de cette jeunesse. Ces enfants que nous faisons étudier sont nôtre. Nous avons le noble devoir de les scolariser pour être utile à la société et pour leur garantir une vie meilleure. Ce sont ces jeunes qui vont travailler dans divers services aussi bien de l’Etat que privé afin de relever des défis énormes qui, à ce XXI ème siècle continuent à peser (l’alimentation, le logis, la santé, l’eau,...) sur nos familles. Malgré ces défis, vous continuez à vous acquitter des frais de scolarité jusqu’à vous dépouiller de presque tout ce qui vous restait pour cette noble cause. 

La réalisation de cette dernière cause nécessite par ailleurs, la collaboration de vous tous, parents. Pour ce faire, les Comité de Parents des étudiants de l’Université Catholique du Graben institué dans nos statuts a été élu et installé depuis le mois d’avril de cette année. 

Cette œuvre est nôtre ; elle est portée par tous ; œuvre du village par le village et pour le village. L’Université Catholique du Graben est également et largement soutenue dans son fonctionnement par les opérateurs économiques de la place, réunis au sein de la FEC et qui continuent à soutenir le projet de construction de la Bibliothèque. Les actions de la FEC sont tellement nombreuses qu’il ne nous est pas possible de les évoquer toutes. Nous lui disons un grand merci. 

Nous avons bénéficié de la magnanimité de la Fondation Mgr Emmanuel KATALIKO (FOMEKA) qui, bec et ongle, mobilise des fonds pour l’achèvement du bâtiment devant abriter la Bibliothèque Centrale de note Université. Après avoir coulé la dalle du premier niveau de cette Bibliothèque, la Fondation déploie des efforts pour les travaux de finissage du rez de chaussée afin du déménagement des livres au courant de l’année académique prochaine. A cette Fondation, nous exprimons également nos sentiments de gratitude. 

Il serait ingrat de notre part de se passer du soutien dont nous avons bénéficié des autorités politico-administratives nationales, provinciales et locales. Nous pouvons évoquer les diverses facilités administratives dont l’exonération de nos fournitures de Bibliothèque, de Laboratoire, de Cliniques Universitaires, dons de nos bienfaiteurs étrangers, et de l’implication des Comités de sécurité provincial urbain et communal pour le règlement des problèmes que nous avons sur notre terrain. 
A tous ces lauréats, pour ces journées sans repos, ces nuits sans sommeil, nous disons aussi merci. Ils ont été audacieux, pour ne pas décevoir le sacrifice de leurs parents ou tuteurs. Leur exemple doit servir d’adjuvant pour tous leurs cadets, qui doivent trouver en cette collation un motif d’espoir. 

Que les nombreux partenaires tant locaux, nationaux qu’étrangers trouvent eux aussi en ces lauréats les fruits délicieux de leurs efforts. Nous citons notamment la FUB, les Universités de Kinshasa, de Lubumbashi, de Kisangani, la Coopération Belge, les Institutions Supérieures et Universitaires de Butembo, de Beni, de Goma, de Bukavu, etc.

Excellence ;
Honorables ;
Distingués Invités ;
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ;

Cette Université que vous soutenez, et que vous soutiendrez, nous en sommes convaincus, est fondée, selon sa charte sur proposition des valeurs humaines et chrétiennes, conformément aux dispositions légales de la République Démocratique du Congo et de la Constitution Apostolique Ex Corde Ecclesiae, né du cœur de l’Eglise, traduit par son fondateur par l’expression « Université créée au village, par le village et pour le village ». Elle s’est toujours voulue une Université de développement refusant la fatalité de la misère, du sous-développement et celle de l’exclusion. C’est un lieu de rencontre et d’ouverture, d’interdisciplinarité et d’interpellation de la société, de créativité et de recherche, d’harmonisation des connaissances (savoir, savoir-faire, savoir- être et faire – savoir). Elle est cependant au cœur des grands défis de la société visant non l’élitisme exploiteur des peuples comme on en voit aujourd’hui, mais le passage pour chacun et pour tous, des conditions moins humaines à des conditions plus humaines. Elle est portée par l’espoir que « chaque homme peut et doit grandir en humanité, valoir plus, être plus (Populorum Progressio, 15). C’est là le défi, et il est grand, auquel l’U.C.G. doit faire face. C’est très ambitieux, nous dira-t-on. Malgré cela, nous n’allons pas baisser les bras, nous allons jurer de l’affronter, sûrs de votre sollicitude et de votre générosité à notre égard. Céder devant la lourdeur de la tâche serait trahir et cracher sur la mémoire de celui-là qui a eu la vision prophétique de créer cette Université ; ce serait faire preuve d’incrédulité pour une œuvre fondée sur la foi. 

Comme Université catholique, l’UCG doit contribuer à une plus haute culture humaine, à une promotion plus complète de la personne ainsi qu’à l’accomplissement de la fonction d’enseignement de l’Eglise, en s’efforçant de former une communauté authentique humaine. Chaque membre de notre communauté doit aider à promouvoir l’Unité et doit contribuer, selon son rôle et ses capacités, à préserver le caractère catholique de l’Institution. C’est ainsi que nous avons toujours demandé à nos enseignants d’être témoins et éducateurs, inspirés par les idéaux académiques et les principes d’une vie authentiquement humaine. A nos étudiants, nous avons toujours lancé l’appel à poursuivre une éducation qui allie l’excellence à la formation professionnelle spécialisées en ayant toujours à cœur cette devise chère à l’U.C.G. « Ascende Superius ». Nos responsables et personnel administratif savent en effet qu’ils doivent promouvoir la croissance constante de l’Université et de sa communauté en assurant sa gestion dans un esprit de service. Le dévouement et le témoignage du personnel académique sont indispensables au maintien du caractère et de la vie de l’Université. 

La mission de former est noble. Mais elle est aussi exigeante. Et c’est parce que nous croyons que l’Université va contribuer à relever ce pays de l’abîme, que nous tenons encore. Un esprit faible aurait déjà jeté le tablier à la vue des difficultés. Celles-ci sont nombreuses. Mais la principale reste et demeure financière. C’est pourquoi nous demandons aux parents des étudiants de ne pas abandonner l’Institution, de nous aider à former leurs enfants en s’acquittant régulièrement des frais académiques. Le coût est élevé, on le sait, mais, de notre côté, nous ne savons pas faire autrement.

Malgré cette difficulté, nous sommes parvenus, grâce à votre soutien, à assurer à ces lauréats une formation de qualité, avec dévouement et désintéressement à cette grande et noble tâche. Nous en sommes reconnaissants.

Nous sommes aussi parvenus, malgré la crise, à réaliser certains projets. Nous avons notamment fait avancer très sensiblement les travaux de la Bibliothèque. A l’étape où nous en sommes, notre souhait est que la Bibliothèque déménage au début de l’année académique prochaine afin de permettre aux enseignants aux étudiants et autres chercheurs d’y travailler dans de bonnes conditions. 

L’organisation et le fonctionnement du troisième cycle est déjà effectif dans les filières autorisées par le ministère de tutelle. Notre souhait est de voir d’autres filières autorisées notamment au sein de la Faculté de Sciences Sociales Politiques et Administratives pour permettre aux chercheurs de cette Faculté de poursuivre et de parachever leurs divers projets de recherche. 
Ce cadre de formation de haut niveau est une aubaine à servir afin de doter nos différentes Institutions des enseignants qualifiés. Une Université sans professeurs à thèses n’en est pas une. 

C’est aussi l’occasion de vous annoncer que dans un avenir proche, nous comptons ouvrir, après la Faculté de Philosophie depuis cette année qui s’achève, d’autres Facultés, notamment celles des Sciences et Polytechnique. Ces trois Facultés figurent parmi des Facultés de base. Et comme ailleurs, nous osons croire qu’elles constitueraient une réponse idoine à la carence en ingénieurs et au sous-développement de notre milieu. 
Excellence ;
Honorables ;
Distingués Invités ;
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ;

Avant de terminer, permettez-nous d’adresser un mot très succinct à ces heureux lauréats. 
Chers Politologues, Economistes, Agronomes, Médecins, Médecins Vétérinaires et Juristes, vous avez été formés. L’ultime finalité de ce bagage dont vous disposez est de rendre service à la société pour l’élévation de l’homme, de tout homme et de tout l’homme. Après cinq, six, sept et huit ans de formation, cette société vous regarde, elle a les yeux braqués sur vous. Elle croit que vous allez l’aider à résoudre les problèmes qu’elle connaît, à répondre aux besoins qu’elle a. Nous sommes sûrs et certains que vous avez des armes nécessaires pour y parvenir, confiant dans la formation que nous vous avons donnée. N’allez pas nous décevoir. Vous avez été formé dans une Université Catholique. L’Université qui vous a façonnés s’est toujours voulue un cadre de promotion des valeurs chrétiennes, de réflexion, de création et d’intervention, une source d’expertise pour la réforme de l’administration, l’étude des projets économiques et industriels, la production de modèles d’éducation et d’expression culturelle, un milieu d’éducation à la culture de la paix et de la démocratie, un exemple de foi, ...... La crise que nous connaissons actuellement est aussi une crise d’identité, de modèle, de valeur. 

Vous avez donc tout ce qu’il vous faut pour faire face à ce défi. Notre recommandation est : « Allez et partout où vous passerez, portez ces couleurs, celles de l’Université Catholique du Graben ; soyez nos ambassadeurs. Ne nous décevez pas ». 

Vous allez affronter le monde de l’emploi et vous avez eu des connaissances suffisantes pour ce faire. Mais rappelez-vous l’adage de Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».
Nous allons vous faire des diplômes, de gros diplômes. Mais il ne suffit pas, dans la vie pratique, de brandir un diplôme. Il faut aussi parfaire ses connaissances par un travail d’éducation permanente et un esprit d’ouverture aux diverses expériences professionnelles. Vous deviendrez alors des intellectuels dignes de ce nom, créateurs d’emplois, prêts à mettre leur savoir, leur savoir-être et leur savoir-faire au service de la société.

Il ne nous reste qu’à vous féliciter et à vous souhaiter un bon travail tout en espérant que partout où vous irez, vous aurez le courage de dire la vérité, de dire des vérités qui dérangent, vérités qui ne flattent pas l’opinion publique, mais qui sont nécessaires pour sauvegarder le bien authentique de la société. 

Excellence, Honorables, Distingués Invités, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Nous allons terminer en vous réitérant nos remerciements pour votre soutien à notre Institution.

Vive la République Démocratique du Congo ;
Vive le Diocèse de Butembo-Beni ;
Vive l’Université Catholique du Graben ;
Nous vous remercions.

Fait à Butembo, le 31 juillet 2017
Le Recteur de l’Université Catholique du Graben ;

MAFIKIRI TSONGO Angélus
Professeur Ordinaire

 

Discours du recteur à l'occasion de la collation des grades académiques aux leauréats du deuxième cycle 2016-2017

Autres discours

Discours du recteur à l'occasion de la collation des grades académiques aux leauréats du deuxième cycle 2016-2017

Lire